•  

      

    Né en 1961 à Genève, vivant en France depuis 24 ans, Olivier Clerc est un écrivain franco-suisse, traducteur de formation, qui exerce également les activités de directeur de collection et de formateur.

    Il s'est passionné très tôt pour la philosophie, les capacités du cerveau et la conscience . Il rédige à 20 ans un premier livre sur l'acquisition de la conscience en rêve (vivre ses rêves, Helios, 1983), ou il évoque déjà les possibilités étonnantes du cerveau droit, méconnu, sous dévellopé dans l'éducation et sous utilisé au quotidien, alors qu'il est une des clés de la créativité.

      

    " En utilisant les méthodes préconisées par Hervey de Saint-Denis et Garfield, je parvins à avoir trois à quatre rêves lucides par mois, résultat que je jugeais insuffisant par rapport aux efforts mis en oeuvre. En effet, je ne perdais pas de vue mon objectif premier - sortir de mon corps - qui nécessitait une grande maîtrise du rêve lucide, difficile à atteindre à ce rythme-là.

    À force de chercher comment augmenter la fréquence de mes rêves lucides, j'ai eu un jour une révélation aussi simple que déterminante.

    Il m'est clairement apparu que si je voulais devenir plus conscient dans ma vie nocturne, il fallait tout simplement que je commence par l'être bien davantage dans mon existence diurne.

    En effet, nos moments de pleine conscience, dans la journée, sont peu nombreux. Nous sommes continuellement absorbés par des activités dans lesquelles la conscience que nous avons de nous-mêmes, de notre environnement, des choix à notre disposition, de notre libre arbitre, est finalement très réduite. Nous avons rarement conscience d'être conscients, bien que la soi-conscience soit précisément ce qui distingue l'homme des animaux. A défaut de faire un effort délibéré dans ce sens, notre conscience opère le plus souvent en pilote automatique. "

     

     

     

     

     

     


    Olivier Clerc


  • Nous négligeons toute une partie de nous-même, cette partie irrationnelle et

    intuitive qu'est le cerveau droit , et nos cauchemars sont une des manifestations de

    cette négligence.

    Le cauchemar exprime violemment l'existence d'un conflit ou d'une angoisse majeurs en

    nous-même, et tant que ce conflit sera ignoré et que rien ne sera fait pour y remédier, le

    cauchemar reviendra, soit sous la même forme , soit sous une autre tout aussi

    effrayante.


    L'action sur le cauchemar pendant le rêve passe avant sa compréhension.

     

    Avant tout, affronter le cauchemar, tuer le  personnage menaçant.


    En effet  le système neurovégétatif ne fait pas la différence entre une
    action fortement

    imaginée (ici le rêve) et une action ayant bien lieu réellement. C'est ainsi qu'en

    affrontant nos cauchemars,  nous pouvons nous attendre à un retentissement positif sur

    notre vie de tous les jours.


  •  

    Paul Tholey a enseigné les pratiques d’induction du rêve lucide à des

    toxicomanes (des individus qui sont donc déjà familier des états étranges

    de la conscience) .


    Ceux qui sont allés au bout du processus d’apprentissage, ont découvert

    qu’ils pouvaient s’administrer en rêve, « virtuellement », toutes les

    drogues qu’ils avaient l’habitude d’utiliser tout en ayant les même effets,

    ce qui représente une prise de conscience majeure dans le cadre d’une

    dépendance…


  •   

    Le rêve lucide servira de point de départ pour comprendre pourquoi nous ne serions pas

    pleinement éveillés - car ce que le rêve ordinaire est au rêve lucide, l'état de

    veille ordinaire pourrait l'être au plein état d'éveil.

     

    Cette vertu des rêves lucides, de nous préparer à un éveil plus complet, peut  nous aider à devenir

    plus vivants dans notre vie.

     

     

    Spirituellement

     La pratique du rêve lucide peut aider à d’autres pratiques :

     

    rêve éveillé, voyage astral, méditation, tout cela en apprenant à faire fit de certaines barrières qui

    nous paraissent infranchissables à l’état de veille, mais que l’état de rêve lucide apprend à

    relativiser, et facilite un certain lâcher-prise.

     

     

     

     Spirituellement