•   

    Juste avant le sommeil léger on rencontre les « mini-rêve » que l’on appelle les images

    hypnagogiques (étymologiquement : « qui amène au sommeil »).

    En effet quand on s'endort, on passe par une période durant laquelle il est difficile de dire si l'on dort ou non. Cette période qui semble inexistante à bien des gens s'avère pourtant remplie de visions, de musique, ou d'idées.

     

    Essayez de ne penser à rien pendant un certain temps, et concentrez toute votre attention sur votre vision intérieure,et ce de manière passive et globale.

    Lorsque vous êtes sur le point de vous endormir, cet état d'esprit engendre l'apparition de petits motifs (les phosphènes) qui, par la suite, se condensent en images hypnagogiques.

    Ainsi, en restant dans cet état d'esprit d'observation et d'attention globale pendant un certain temps, vous commencerez à apercevoir des images et vous entendrez éventuellement des sons intérieurs. Ces hallucinations peuvent sembler étranges et illogiques.

    Au terme de ce processus, vous devriez entrer dans un rêve et y devenir lucide très rapidement(voire immédiatement, notamment si vous parvenez à demeurer conscient durant tout le processus).

    Mais il est également possible que vous entriez consciemment en paralysie du sommeil


  • Dans l’image suivante, citez aussi vite que possible la couleur de chaque mot :

     

    Les hémisphères cérébraux

       La partie droite du cerveau essaie de trouver la couleur mais la

       partie gauche du cerveau insiste pour lire le mot

     

     

     

      

     

     

    X et Y en arrière ou en avant plan ?

     

    Les hémisphères cérébraux 

       Ceux qui voient spontanément l’axe X-Y en arrière-plan ont  une      préférence pour l’hémisphère gauche.

       Ceux qui voient l’axe X-Y en avant-plan du prisme ont une      préférence pour leur hémisphère droit .

      

      

     

     

     

    La danseuse

    Equilibre

     

     

     

    Cette illusion a été trompeusement présentée comme un test de personnalité qui était supposé révéler quel hémisphère cérébral était dominant chez l'observateur. Selon cette interprétation non-établie, il fut popularisé sous le nom du « test du cerveau gauche cerveau droit ».Elle servirait d'abord et avant tout, comme un nouvel outil permettant de comprendre et d'illustrer les mécanismes sous-jacents à l'interprétation visuelle.

     

     

     

     

     

     

    Synchronisation et exercices


  •   

    Cette méthode consiste à se concentrer sur un point situé à dix centimètres du visage depuis la

    racine du nez, ce qui amène les yeux à regarder vers le haut et loucher légèrement.


  • En interprétant vos rêves, vous prenez connaissance d'une quantité étonnante d'informations non-traitées concernant vous-même, vos proches, le monde qui vous entoure et vos réactions subjectives à leur égard.

    L'interprétation n'a de raison d'être que si elle est suivie d'actions, de changements qui en découlent dans la vie de tous les jours ; c'est cela «traiter» l'information.


    Il faut un peu d'intuition pour interpréter ses rêves ; ceci donne naissance à un cercle vicieux :

    "l'interprétation développe peu à peu l'intuition, qui elle-même facilite l'interprétation, et ainsi de suite".

     

    Mais l'usage de l'intuition ne se limite pas seulement à l'interprétation des rêves ; on peut apprendre ensuite à l'utiliser quotidiennement, apprendre à faire confiance à ces messages irrationnels qui nous viennent du dedans et nous suggèrent de faire telle chose plutôt que telle autre, sans que l'on sache vraiment pourquoi.

    L'intuition n'est pas toujours un phénomène «paranormal» :

    Une intuition n'est souvent rien d'autre que la conclusion à laquelle est parvenu notre hémisphère droit après avoir pris connaissance d'une énorme quantité d'informations perçues tout à fait normalement.


    Il apparaît que le rêve permet assez rapidement en l'utilisant de diverses manières, de développer certaines capacités latentes que possède chaque individu :

    l'intuition, la sensibilité, un certain sens de la psychologie aussi, et la capacité de sentir le monde qui nous entoure plutôt que de le rationaliser, l'intellectualiser, pour le cataloguer