• Peinture

     

     

      

    L'artiste Fariba Bogzaran, une iranienne habitant habituellement San Francisco, utilise le rêve lucide comme source de son œuvre. Non seulement elle "voit" ses futurs tableaux au cours de son sommeil lucide, mais il lui est arrivé de changer complètement de style à la suite d'un rêve.

    Le plus radical de ces changements se produisit après le rêve lucide suivant :

     


    "Je me tiens près de la porte de la galerie, regardant un tableau accroché au mur. C'est moi qui ai peint cela … Je m'approche pour l'observer plus en détail et c'est à ce moment que je deviens consciente de rêver … La toile, d'une taille d'environ six pieds sur sept, représente un mur, détruit en son milieu, mais dont les quatre coins sont intacts. A l'intérieur du mur, on voit l'empreinte d'un triangle et d'un cercle et, dans le cercle, un homme et une femme nus, debout."

    Peinture

     


    Quand Bogzaran s'éveilla, elle se sentit contrainte de réaliser ce tableau, bien qu'il fut d'un style qu'elle n'avait jamais utilisé. L'incertitude dans laquelle elle se trouvait à ce sujet la poussa à louer un atelier en ville, loin de l'université, pour qu'aucun de ses collègues ne la voit travailler. "J'avais peur de montrer cette toile" dit-elle, "mais finalement, je l'ai fait."

    La réaction fut positive, et le tableau fut finalement accepté pour une prestigieuse exposition. Mais selon Bogzaran, le plus important fut, pour elle, la profonde transformation de son style.

    "C'était" dit-elle, "comme si un aspect créatif inexploré et jusque-là caché avait réussi à s'intégrer à d'autres aspects importants de ma vie"

      

      

    « SkiJoie »