• Stades 1 2 3 4 5

     

     

     

     

    Du stade 1 à 4, nous parlerons de « sommeil lent » :

    Un état relatif de repos du corps et de l’esprit, sans véritable rêve, pendant lequel notre tonus musculaire se relâche, mais pas notre système végétatif. Un bruit fort nous réveille, nous sommes aussitôt conscients..

     
    Le stade 1, ou « sommeil léger », ou endormissement, est proche de l’état de l’éveil lorsqu’on regarde l’activité du cerveau sur l’encéphalogramme. C'est une phase dite hypnagogique qui peut être marquée par des hallucinations.

    Le stade 2 est encore un sommeil léger, l'activité du cerveau se ralentit, le sommeil devient plus profond, il peut y avoir des mouvements musculaires, la respiration du dormeur devient de plus en plus profonde.
    C'est aussi au cours du sommeil lent leger que peut survenir le somnanbulisme. Il arrive aux enfants comme aux adultes. C’est un état intermédiaire entre l’éveil et le sommeil. La personne est capable de faire des gestes coordonnés tout en étant à moitié endormie. Elle ne garde pas de souvenir car les phénomènes de mémorisation sont supprimés par le sommeil

    Le stade 3 se traduit par un ralentissement important de l’activité électrique du cerveau.

    Le stade 4 est le « sommeil profond », qui se caractérise par des ondes très amples et très lentes qui envahissent 50 % de l’encéphalogramme. Le stade 3 et 4 commandent la secretion d'hormones de croissance. Il est difficile de réveiller le dormeur.

      

     Ensuite vient le stade 5 ou sommeil paradoxal , REM (rapid eyes movement)  :

    Les moments où nous rêvons intensément des histoires délirantes, très ressenties, souvent en couleur.

     

    Au cours de ce stade l’activité cérébrale est intense, assez proche de celle de l’éveil, il existe des mouvements oculaires très rapides, en saccades. Paradoxalement (d’où son nom) le corps est complètement inerte, avec une paralysie des muscles qui contraste avec l’intensité de l’activité cérébrale.

      

     La phase de sommeil paradoxal, qui dure environ 10 minutes en début de nuit, se répète à la fin de chaque cycle de sommeil et s'allonge progressivement, pouvant atteindre 30 minutes en fin de nuit. Au total, nous passons chaque nuit près de deux heures à rêver.


     Stades 1 2 3 4 5

     

      

      

    « La vieCycles »