• En définition

      

      

    Le rêve est une expérience subjective : sa seule trace est le récit qu'en fait le dormeur, ce qui complique singulièrement son étude expérimentale et alimente des débats sans fin. Si la majorité des spécialistes définit le rêve comme une expérience hallucinée au cours du sommeil, d'autres en font une construction rétrograde, un récit élaboré pendant les premières secondes qui suivent le réveil, à partir d'éléments épars sensations, émotions, etc. activés au sein du cerveau endormi.

      

      

      


  •   

    Nous déclenchons ce genre de rêve lorsque nous sommes dans un état de conscience entre le

    sommeil et le réveil. Il apparaît, dans notre vie éveillée, chaque fois que nous relâchons notre

    attention et que nous laissons notre imagination nous transporter.

    Ces rêves passent généralement pour une forme d’évasion, une fuite de quelques minutes de la

    réalité au profit de l’imaginaire.

     


  •  

    Bien que le terme d’hallucination s’applique à la façon dont nous vivons généralement nos rêves en

    général, il existe une situation d’exception qui met en cause nombre d’hypothèses sur la nature du  

    sommeil et les capacités du cerveau.

      

    Cette exception significative est qu’il arrive parfois en rêve que nous sachions parfaitement

    que nous sommes en train de rêver.

    Cet état mental remarquable est dénommé rêve lucide “, un énoncé forgé par le psychiatre

    néerlandais Frederik Willems Van Eeden en 1913.

     

    Rêver lucidement ou consciemment, c’est donc se réveiller dans son rêve et y disposer

    notamment de sa volonté, de ses facultés logiques, de son intuition, et de son

    imagination  dans des proportions qui varient d’un rêve à un autre et d’un rêveur à un autre.

     

    Le contrôle en rêve lucide n’est pas inné, il est le résultat d’un apprentissage, d’une adaptation à un nouveau milieu, inhabituel pour la pensée du monde diurne.

     

    Ce type de situation qui est connue depuis la plus haute antiquité existe certainement depuis le tout

    début de l'humanité. Le rêve lucide ne doit pas être confondu avec le rêve éveillé ou avec la

    visualisation en relaxation profonde.

     

     


  • On parle de « rêve partagé » lorsque deux ou plusieurs personnes expérimentent le même

    rêve ou des éléments similaires lors d’un rêve.

      

    Il est possible que vous rêviez de vous-mêmes ou d’autres personnes et découvriez plus tard que ces

    personnes ont également rêvé de vous, peut-être dans un contexte différent.


    Certaines expériences de rêves partagés, par exemple, sont centrées sur un contexte commun

    connu ( qui peut être un lieu réel ou une image commun ) dans lequel les participants vont essayer

    de se rencontrer).

     

    Dans le cas de rêves partagés, LaBerge émet l’hypothèse qu’il s’agit là non d’un réel rêve partagé

    mais en fait d’une communication télépathique entre ces rêveurs dans laquelle ils partageraient

    uniquement la trame du rêve.


  •   

    Phénomène troublant connu depuis l’aube des temps, les rêves prémonitoires qui nous informent

    sur notre avenir ne seraient pas des légendes, mais le produit de l’une des facultés les plus

    incroyables de notre esprit…


     

    Une analyse globale de toutes les expériences en psychologie expérimentale menées depuis

    quarante ans sur la prémonition a démontré non seulement l'existence du phénomène , mais aussi

    que 60% des prémonitions se déroulent en rêve.

     

     

    En effet, au cours du sommeil, le niveau de vigilance s’abaisse, et c’est alors que peuvent se

    produire des expériences « hors normes ». Cela dit, la science n’explique toujours pas comment

    notre inconscient est capable de « voir l’avenir ».

    Contrairement aux rêves "normaux", ces rêves particuliers comportent des informations non

    symboliques qui "parlent d’elles-mêmes" : les images sont beaucoup plus claires, plus "réelles" que

    dans un songe habituel et ne sont pas déguisées.


  • Rêves dans lesquels nous serions partiellement lucide ou conscient.. c'est en quelque sorte le petit

    frère du rêve lucide.

    On choisit ce que l'on veut rêver. Tout au long de la journée, on formule notre demande au 

    présent . Il est necessaire dêtre précis et catégorique ..

     

    Les rêves peuvent ainsi nous servir à résoudre un problème, à nous donner une solution.

     

    Pendant la journée le cerveau gauche aura accumulé les informations liées au problème.

    Le cerveau droit (intuitif) peut nous amener une solution en rêve.

     

     


  •  

    Les rêves se répètent parce que nous n’avons pas encore saisi le sens, ou que nous n’avons encore

    rien tenté pour résoudre le problème. C’est une façon que notre subconscient utilise pour nous dire

    « voilà comment tu dois voir les choses » « voilà ce qu’il en est réellement ».

     

    Ces rêves reviennent encore et encore tant que la prise de conscience n’est pas faite et si cela dure

    trop longtemps, ils peuvent se transformer en cauchemars.

    Certains d’entre eux ont leurs origines dans notre passé et plus particulièrement s’il y a eu

    traumatisme. Les rêves de chute, de noyade, de bombardement, de guerre ou encore de choc, sont

    souvent la conséquence d’une grande douleur, d’un choc, d’une peur,  d’actions impardonnables qui

    demandent à être ressortis et affrontés pour s’en libérer.

     

     

    Rêves récurrents